Le Village F1

Forum de la Communauté du village F1 / Garanti sans modération
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Situation de Ferrari en 1996

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9189
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 47

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Dim 21 Oct 2007 - 22:58

F1spirit a écrit:
Citation :
en 1984 ferrari est deuxième du championnat avec une seule victoire, les meilleurs des amateurs derrière maclaren.
en 1985 ferrari se rapproche de maclaren et concourt pour le titre. Sauf que sur les 5 derniers gps alboreto abandonne à chaque fois à cause de sa voiture
en 1986 elle est quatrième avec 36 malheureux points
en 1987 idem mais avec 57 points grâce à deux victoires à la toute fin de saison alors que les titres sont joués et où les williams + Prost abandonnent.
en 1988, ferrari termine deuxième oui mais en n'ayant fait pourtant que 65 points et un doublé miraculeux en italie. Comment? Parce que williams avait un moteur judd, senna est parti de lotus
d'ailleurs en 1989 williams est de retour et ferrari retombe à la troisième place avec 59 points dont 30 pour 3 victoires. Oui mais 7 gps sur 16 où ils ne marquent aucun point.

1990 est l'année miracle avec un prost qui se bat pour le titre. Mais on voit que c'est ô combien fragile: tous les efforts sont portés sur sa voiture et s'il n'abandonne que trois fois, Mansell récolte lui une pluie de pépins.
De plus dès le titre perdu la situation explose très vite et 1991 est une année sans victoire, Prost viré, ce qui le fait dire qu'il est impossible d'être champion dans cette écurie.
Vient les années pourries 92-93.
Il est vrai que l'arrivée de Todt a permis à l'équipe en 1994 d'accrocher des podiums et de redevenir la troisième force (avec l'écroulement de Mclaren).
Mais en 1995, Ferrari stagne déjà: toujours une seule victoire (bien plus chanceuse) et le même nombre de points.

Cela montre donc qu'entre 1984 et 1995, l'équipe avec ses moyens lui permet de truster les places d'honneur, mais hormis en 1990 de façon éphémère, elle n'a pas été capable de hisser son niveau pour être un leader.
11 ans en F1 cela représente une différence énorme pour une discipline où les changements se comptent en années: regardez la F1 de 1984 et celle de 1995 par exemple.
Ajouter à cela que les saubresauts internes et les éruptions mécaniques qui n'avaient toujours pas disparu plus aucun pilote de pointe qui n'osait se risquer hormis Prost qui s'est fait botter les fesses dehors un an après.

Alors le challenge d'aller chez ferrari en 1996 était un sacré pari

tout ceci est tiré de stats F1, qui n'est pas vraiment la bible du révisionnisme.
A vous les studios

Si ça te fait plaisir de rester au raz des pâquerettes et de ne voir qu’une image déformé de la situation par ton incapacité a prendre du recule et à globaliser ta réflexion … Roulement des yeux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9189
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 47

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Dim 21 Oct 2007 - 22:59

Les choix qui s’offraient à MS fin 95 peuvent sans difficulté être comparé à ceux auxquels sont confrontés les exécutifs des sociétés.

Asseyons d’analyser rationnellement la situation.

En premier lieu quelle était la place de MS dans le monde de la F1 en 1995 ?

Il était déjà incontestablement reconnu comme le pilote le plus talentueux en piste, dans le grand dessert de talents confirmés qu’était devenu la F1 après le décès de Senna.

Il était champion du monde en titre, il avait de bonne chance d’être de nouveau couronné, son statut de champion recconu était alors très largement assuré.

En fait, quels sont les désires d’un pilotes de F1 ?

En premier lieu être reconnu en remportant des GP et ensuite la couronne mondiale.

MS avait fait tout cela et était plus que largement reconnu en cette saison 95.

Que faire une fois tout cela obtenu ?

Trois ambitions se dégagent naturellement :

• Faire fructifier financièrement son statut.
• Essayer d’obtenir plus que nuls autres pilotes avant soi.
• Pérenniser tout cela sur du long terme.

Regardons ce que pouvaient proposer les différentes écuries aux regards de ces aspects.

Benetton :
• Il s’agissait alors de l’écurie la plus limité en terme financier, parmi celles pouvant prétendre à la victoire, elle pouvait difficilement prétendre faire une offre exceptionnelle d’un point de vue financier.
• Sa pérennité aux sommets était plus que problématique. Si elle avait fini par être capable de porter un pilote aux sommets elle restait fortement sous-structuré en comparaison avec ses concurrente et semblait ne pouvoir que très difficilement offrir des garantis de succès sur une longue période. Une écurie qui avait finalement donné le maximum d’elle-même et qui ne pouvait que stagner voir déchoir en comparaison avec les moyens de ses concurrente.
• Que pouvait-elle offrir de plus à MS que ce qu’elle lui avait déjà donné ? Pas grand-chose en fait : un peu plus d’argent, des perspectives vague de succés …

Rester chez Benetton n’offrait au mieux que de vague perspectives de continuité à court terme, ce qui était bien loin d’être suffisent dans la situation de MS.

McLaren :
• . Une structure partenaire d’un constructeur très puissant à l’origine de la carrière de MS et prés à tous les sacrifices financiers pour s’en assurer les services.
• Une équipe solide, fort bien structuré du côté châssis, plus en difficulté du côté moteur mais offrant de très belle perspective de présence au sommet à long terme malgré une crise structurelle latente.
• Un manager fort Ron Dennis n’ayant pas pour habitude d’offrir a ses pilotes plus de place dans la structure que nécessaire et n’étant pas prêt à sacrifier quoi que ce soit pour s’assurer un partenariat sur du long terme avec un de ces pilotes.

Donc une belle opportunité d’un point de vue financier et technique mais au mieux le même statut que ceux qu’eurent en leur temps les Lauda, Prost ou Senna.

Très tentant à moins de trouver quelque chose de plus exceptionnel.

Williams :
• Frank Williams n’a jamais fait parti des manager prêt à tous les sacrifices pour s’attacher les services d’un pilote, financièrement il pouvait proposer quelques chose de très honnête mais rien d’exceptionnel.
• Pour Williams le pilote n’est qu’un des accessoires de la monoplace, il est interchangeable, partant du principe qu’une monoplace exceptionnel peut faire bien plus la différence qu’un pilote exceptionnel. Aucun statut privilégié à attendre de ce côté-là.
• Si Williams est une écurie des plus structuré elle souffre de rester indépendante de son motoriste et de devoir le jour venu le remplacer. Renault est pour beaucoup dans le succés de Williams et dés 95 le paddock est conscient que la présence de Renault ne sera pas éternelle.

Donc une écurie n’ayant en fait pas grand-chose à offrir à MS malgré son excelance.

Ferrari :
• En nommant Todt à la direction sportive de la Scuderia Luca Cordero di Montezemolo, lui à non seulement offert les pleins pouvoir mais des moyens financiers colossaux. La Scuderia était en capacité de faire une offre financière à MS tel que la F1 n’en avait jamais connue.
• Dans son entreprise de restructuration de la Scuderia Todt avait besoins d’un élément fédérateur pour l’équipe, d’un pilote reconnu capable de s’investir pleinement sur du long terme. En échange de cet implication dépassant très largement celle qu’a classiquement un pilote, MS pourrait en cas de succés obtenir de son équipe bien plus que nul autre pilote n’avait obtenu avant lui.
• Si la Scuderia était descendu à un niveau indigne de son histoire elle n’en restait pas moins une équipe de premier rang, disposant de tous les outils et de moyens colossaux. Il lui manquait seulement un véritable management efficace s’adossant sur une politique de recrutement intelligente. Ce manager providentiel ce nommait Jean Todt et courant 95 sont travail de restructuration s’il n’avait pas encore porté ses fruits en piste avait réellement révolutionné le petit monde de Maranello quant à ces modes de fonctionnement.

Nous avons donc là une écurie en pleine finalisation de sa restructuration, disposant de moyens colossaux, prête à faire un pont d’or à MS et à lui offrir un statut au sein de l’organisation se métant en place que nul pilote n’avait eu avant lui.

Le seul point d’interrogation concernant cette offre résidait dans les chances de succès de la démarche de Todt.

Comme je l’écrivais courant 95 les fruits du travail de Todt étaient déjà largement visibles en interne et plus encore il était clair qu’il pouvait pour la première fois depuis la disparition d’Enzo Ferrari y avoir un homme ayant réellement la confiance de ses patrons sur du long terme et brisant ainsi les guerres de palais qui avait tant déstabilisé la Scuderia.

Le succès n’était pas certains, mais il y avait de très forte chance qu’il soit au rendez-vous, tant tout été enfin réunis pour y parvenir.

Et quand bien même ce succès n’eu pas été au rendez-vous qu’avait à y perdre MS ?

Quelques saisons en demi-teinte, un échec qu’il serait facile de faire porter sur Ferrari et non sur lui.

MS avait atteint un niveau de reconnaissance où il n’avait strictement rien à perdre en termes d’image d’un échec de Ferrari.

Par contre en cas de succès il aurait ce que personnes avant lui n’avait eu en F1 :
• Une rémunération colossale.
• Une machine de guerre entièrement dévoué à sa cause.
• Un statut de pilote n°1 incontestable.

En résumé les moyens d’effacer des tablettes tout ceux qui c’étaient aligné en F1 avant lui.

Seul le choix de Ferrari pouvait lui offrir cela.

Le gain raisonnablement envisageable était colossal pour un risque très faible en cas d’échec.

Il eut fallut être idiot pour ne pas faire ce choix sur du long terme, immédiatement rentable économiquement et offrant des perspective de potentielle hégémonie comme il ne s’en était jamais vu précédemment.

Un deal exceptionnel à la hauteur d’un pilote exceptionnel, issues de circonstances exceptionnelles qui ne se présentent que fort rarement dans l’histoire de la F1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan

avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 28
Localisation : Vannes - Bretagne

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Lun 29 Oct 2007 - 20:41

Je m'abstente quelques temps et que vois-je ?
Loyola a écrit:
Pour un crétin lobotomisé du type Alesi certainement, pour un pilote intelligent certainement pas.

On ne va pas relancer le débat car tu sais ce que je pense de lui, mais évite tout de même les hyperboles de ce genre... Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loyola
Pédant
avatar

Messages : 9189
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 47

MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   Lun 29 Oct 2007 - 20:44

A remettre dans le contexte : il ne s’aggisait que d’illustrer une antinomie de comportement, en je l’avoue chargeant un rien la barque d’Alesi.

Mais comment donc qualifier son acharnement à courir pour la scuderia ?

Si ce n’est d’aveuglement maladif issu de sa passion délirante Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Situation de Ferrari en 1996   

Revenir en haut Aller en bas
 
Situation de Ferrari en 1996
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Essai de la Ferrari F 458 italia
» Piero Liatti et Didier Auriol 1996 Subaru N555 BAT
» 2011 - [Ferrari] FF
» 2010 - [Fioravanti] Ferrari F430 SP1
» remise en forme XTE 600 1996, FINI le 30/03/07

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Village F1 :: Forums sur la F1 :: d'Hier-
Sauter vers: